> Echange privilégié avec Eric, Frédéric, Alexia, Flaure, Patricia et Florian

C’est l’heure de la pause en cuisine. Eric, Frédéric, Alexia, Flaure, Patricia et Florian partagent un café et leurs sentiments sur la vie quotidienne, la fusion, l’avenir :

Eric : « La fusion, c’est pour être ensemble, pour être groupé. L’agrandissement de la Résidence, c’est important. On pourra faire des sorties avec les autres établissements de l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace. »

Florian : « La fusion, c’est pour faire des économies budgétaires et être plus fort en Alsace. »

Quelle chose souhaiteriez-vous voir changer dans votre vie ?

Alexia : « J’aimerais que tous les prix baissent et être acceptée comme je suis. »

Florian : « J’aimerais qu’il y ait plus de subventions et pouvoir continuer à vivre seul en appartement. »

Frédéric : « J’aimerais qu’il y ait moins de grève en France. Pour ma retraite, j’aimerais m’installer en appartement avec Karine. »

Flaure : « Je trouve cela difficile de vivre en communauté mais c’est aussi compliqué de vivre seule. Il me faudrait autre chose. »

> L’atelier d’Antoine – Du vélo à l’auto, apprentissage de techniques mais pas seulement

Antoine Raspaud – Educateur technique Spécialisé nous ouvre les portes de son atelier dédié à l’apprentissage professionnel.

« Dans cet atelier, nous préparons les jeunes à l’entrée à l’ESAT en leur enseignant de réelles techniques de travail : Nettoyage et entretien de véhicules et de vélos (les jeunes proposent notamment ces services aux salariés de l’APAEI).

Dans cet atelier, nous leur apprenons également à entretenir un scooter. Les jeunes qui le peuvent sont coachés pour obtenir leur BSR et favoriser ainsi leur autonomie de déplacement.
Le sport fait partie intégrante de cet atelier. Un entraînement de VTT est proposé une fois par semaine afin de leur permettre de participer à des compétitions hors sport adapté. Les jeunes y tiennent beaucoup.
Côté Espaces Verts, nous louons un jardin ouvrier à la Mairie. Les jeunes y gèrent les plantations, l’arrosage, l’entretien, la tonte…
Le tri sélectif est initié également via un partenariat avec la Communauté de Communes du Sud Alsace.
Nos apprentissages sont adaptés à toutes les capacités, tout le monde peut faire quelque chose.
Une demi-journée par semaine les jeunes sont intégrés à l’ESAT afin de les préparer à cet environnement et anticiper la période de stage.

Attentifs aux besoins des jeunes, nous développons des actions de prévention, d’écoute et de conseils autour de la vie affective intime et sexuelle. Cette démarche sera étendue à l’ensemble des structures adultes de l’APEI.
Concernant la fusion prochaine avec l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace, en tant qu’éducateur, je n’ai pas d’attente, ni de crainte, juste le désir que les projets que je mène puissent bénéficier d’un nouvel essor »

 

> Plan de convergence, la fusion se prépare dans les services administratifs

Marion Ratzmann, Responsable Ressources Humaines nous détaille les projets en cours

« Cette année 2018 est consacrée à la mise en œuvre d’un plan de convergence relatif à la gestion RH, élaboré avec Linda Goetz, Directrice Générale Adjointe en charge des Ressources Humaines de l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace et Yann Reverchon, Responsable des Affaires Sociales. L’enjeu est d’anticiper la fusion qui est envisagée tant au niveau social qu’organisationnel.

Ce plan de convergence se décline autour de plusieurs thématiques : gestion de la formation, harmonisation  de l’outil informatique, comparatif des statuts sociaux, gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, mise en place d’instances représentatives communes…

C’est par exemple dans ce cadre que des salariés de l’APAEI participent  à des groupes de travail concernant notamment la révision des descriptions de fonction.

> Plateforme, une collaboration étroite avec le SESSAD de l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace

Claire Weber, Psychologue à l’IME de Dannemarie

«  A l’IME, nous accueillons des personnes présentant une déficience intellectuelle de moyenne à sévère avec un agrément pour des personnes présentant un TSA.
Mes missions sont réparties entre l’accompagnement des jeunes à l’IMP pour les 4 – 14 ans, le suivi des jeunes de l’IME sur la plateforme autisme en collaboration avec le SESSAD de l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace et mon implication dans l’ETADA – Equipe d’appui territoriale au diagnostic de l’autisme.

L’ETADA a été mis en place suite à des formations dispensées par le CRA. Cette équipe est formée du Dr Moser, Président de l’Association, de Christiane Kaluzny, éducatrice de jeunes enfants et référente autisme à l’IME.
Au quotidien, une collaboration étroite se fait avec les équipes pluridisciplinaires des classes de l’IMP dont une classe TSA dont l’objectif est de permettre aux enfants d’intégrer ensuite une classe classique de l’IMP.

Il y a également des accompagnements de groupe avec la psychomotricienne notamment autour de la sensorialité pour les plus jeunes et les jeunes présentant d’importantes particularités sensorielles nécessitant un accompagnement spécifique.
Il y a également une part importante de lien avec l’entourage des enfants et les partenaires amenés à accompagner l’enfant à l’extérieur.

Dans le cadre de la plateforme, je participe 1 fois par mois à une réunion de fonctionnement avec nos collègues de l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace, Sybille Berger, Directrice Adjointe de l’IME et Christiane Kaluzny. Ces temps de réunion ont pour objectif de faire le point sur les situations des jeunes et de travailler sur les projets des jeunes conjointement avec le SESSAD. Ceci est complété par des temps de supervision tous les 2 mois qui nous donne l’opportunité d’échanger sur nos pratiques, sur les difficultés rencontrées, analyser les situations.
Cette collaboration est très intéressante car elle nous donne un retour sur comment ça se passe à domicile. Le regard des professionnels complète le discours des parents, précisent les attentes des parents. Nos interventions sont alors plus ciblées et répondent encore mieux aux besoins des familles. Le lien entre la famille et l’institution est plus fort.
L’équipe est dynamique, ça bouge, c’est un plaisir d’avancer avec ce groupe de professionnels.

Concernant la fusion, je souhaite que cela me permette d’intégrer un réseau de psychologues, de partager des pratiques, mutualiser les moyens, construire un noyau ressources. »