Banner_17-1

edito-photo-prc3a9sidents

Le projet associatif de l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace cible en priorité le développement des actions en faveur de l’autodétermination des personnes accompagnées.

Les décennies passées ont été celles de la conquête et de la mise en place effective de réponses institutionnelles, adaptées et protectrices pour les personnes atteintes d’un handicap mental. En France, les associations du mouvement parental se sont résolument engagées pour que les services médicosociaux soient pleinement reconnus et financés dans le cadre du système national de protection sociale. Ce long combat, âprement mené, c’est accompagné par une professionnalisation des métiers médicosociaux allant de pair avec le développement quantitatif de l’offre d’accueil et surtout avec les progrès de la connaissance humaine et scientifique.

Le handicap mental est multiforme, sans doute a-t-il été trop longtemps considéré sous sa seule complexité ?

Au nom de la grande vulnérabilité des personnes atteinte par ce handicap, sans doute notre système a-t-il eu tendance à négliger l’expression des personnes pour ne prendre en compte que les seules manifestations de leur handicap ?

Pour l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace, l’expression authentique des personnes accompagnées, leur implication pleine et entière dans la vie sont des valeurs essentielles. Et l’ensemble des services qui leurs sont offerts, doit concourir à la reconnaissance de leurs droits fondamentaux et permettre leur plus libre expression. L’enjeu du chantier de l’autodétermination peut se résumer ainsi : « rien sur nous, sans nous ».

Les différents services que notre association a développés au fil du temps, sont avant tout des moyens de compensation du handicap. Ils sont au service des personnes et doivent s’adapter pour prendre en compte la dimension humaine de chacun au travers de son propre projet de vie et ce quel que soit la complexité de son handicap. Travailler avec les personnes elles-mêmes, les conditions de leur véritable participation, développer leurs capacités à s’autodéterminer est donc un véritable impératif.

S’agissant de la compensation du handicap mental, trois acteurs sont indissociables, la personne reconnue pleinement, sa famille, aidant naturel et défenseur de ses droits fondamentaux et bien sûr, les intervenants professionnels chargés d’adapter les moyens d’une véritable compensation du handicap au service d’un authentique projet de vie. C’est à cet équilibre qu’ensemble nous devons parvenir.

Bonne lecture !

Prinio FRARE, Président

Claude MATHIS, Président adjoint