A la découverte de l'ESAT de Dannemarie

Créé en 1980, l’ESAT Kaemmerlen de Dannemarie emploie 90 travailleurs.

Sa richesse, c’est sa diversité.

En effet, pour Michael BIBER, directeur adjoint APAEI, proposer une multitudes d’activités permet de répondre aux demandes des travailleurs et d’assurer une certaine sécurité économique. En plus d’un atelier espaces verts et d’un restaurant produisant plus de 300 repas jours, l’ESAT propose du conditionnement d’hameçons et de chocolat. L’établissement a innové en achetant une machine qui permet de produire des bâtonnets d’engrais. La production et le conditionnement sont effectués dans les locaux avant d’être distribués partout en France.
Dans un tout autre domaine, des travailleurs assurent la découpe de matière intissée. Deux autres ateliers sont spécialisés dans l’échantillonnage de tissus et dans la couture. Une créatrice fait d’ailleurs appel à  la dextérité des travailleurs pour réaliser des accessoires de mode ou de décoration. Un travail plus fin qui permet aux personnes accompagnées de développer d’autres compétences.

Depuis janvier 2019, 45% des travailleurs sont déjà allés en entreprise classique.

Actuellement, une équipe travaille sur la découpe et le sertissage de câble tandis qu’une autre est affectée à la préparation de commande pour une grande enseigne de sport.

« La mise à disposition se développe de plus en plus » note le directeur adjoint. « Aujourd’hui, on voit que les entreprises nous font plus confiance ».

Comme dans les ESAT de l’APBA, les travailleurs participent à des activités de soutien en fonction de leur projet professionnel. En ce sens, l’accent a été mis sur le permis de conduire. Désormais, une auto-école assure des cours de code à sept travailleurs au sein même de l’ESAT.
Développer la confiance en soi fait partie des demandes de travailleurs et pour cela, le théâtre est idéal. « Moi, ma parole et les autres », reproduit saynètes de la vie quotidienne auxquelles participent les personnes accompagnées. Une activité qui porte ses fruits, et connait un franc succès.

D’ici la fin de l’année, 30% des travailleurs auront passé une Reconnaissance de l’Acquis de l’Expérience. Une démarche volontaire préparée au sein de l’ESAT. « Cela leur donne confiance en eux et leur permet de prendre conscience de tout ce qu’ils savent faire. On remarque qu’après, les travailleurs osent se lancer dans d’autres projets» ajoute Michael BIBER.

2019 sera marquée par un important chantier : la rénovation du bâtiment sur le plan thermique afin d’améliorer le confort au travail.

********************

ZOOM SUR :
La Résidence Malraux – à Dannemarie –
des appartements accompagnés tout en autonomie