M. DONATO SANCHEZ

portrait-dsanchez


M. Sanchez
Administrateur des Papillons Blancs et du GCSMS

Engagé de longue date dans le milieu associatif, il était naturel pour moi de rejoindre les Papillons Blancs lorsque notre fille a intégré l’IMPJE, il y a de cela 30 ans. A l’époque, Mme Menseau, Directrice du département Enfance, a su établir la relation qui m’a mis sur la voie du militantisme associatif parental. C’est lors d’une discussion un soir dans son bureau que l’on a imaginé les établissements actuels de Bollwiller.

Aujourd’hui encore, mon engagement reste le même et je garde l’intime conviction que les parents doivent être moteurs pour construire l’avenir de leurs enfants. Je ne suis pas à la recherche d’honneurs ou d’un quelconque pouvoir, le paraître m’importe peu, je n’ai pas d’ambition personnelle. Ce qui me motive réellement, c’est de toujours innover, de trouver des solutions adaptées à nos enfants et de les mettre en œuvre.
Le GCSMS a été un outil majeur pour préparer la fusion et rapprocher les pratiques. Il permettra un démarrage serein et maîtrisé de la nouvelle association. Cette nouvelle association qui doit faire vivre ensemble plus de 3500 personnes devait évidemment être bien préparée en amont. Plus nous serons forts, plus nous serons efficaces pour assurer un avenir à nos enfants.

La fusion de l’Adapei et des Papillons Blancs est la 2ème expérience de ce type que je vis. Il y a 27 ans l’association de Bollwiller s’est unie aux Papillons Blancs. Déjà à l’époque, quand M. KARLI, président m’a associé étroitement à ce projet, mon seul but était de savoir comment « 1+1 pouvait faire plus que 2. »

Aujourd’hui, un aspect essentiel pour moi se concrétise après une trop longue attente : les personnes en situation de handicap mental peuvent devenir membres de l’association. Nous reconnaissons enfin que rien ne peut se faire sans elles et qu’elles ont le droit à une citoyenneté pleine et entière.
Il appartient à notre association de déterminer le projet politique, de fixer la feuille de route et de donner aux professionnels les moyens de la mener, en s’assurant et en évaluant sa mise en œuvre.

Nous avons tous une responsabilité individuelle qui devient une responsabilité collective. Il faut être ambitieux pour nos enfants, être vrai envers soi-même et ceci sans concession. Nos enfants nous ont poussés à chercher des ressources au plus profond de nous-mêmes, et à dépasser des limites que nous pensions infranchissables : c’est une expérience extraordinaire !