VERS UNE TRANSFORMATION PROFESSIONNELLE

Et si l’on s’autorisait à rêver à une transformation
de la profession des éducateurs spécialisés ?

Les différents dispositifs qui offrent le service d’une coordination de parcours ont mis en lumière que le souhait des usagers ne s’inscrit plus forcément dans le fait de trouver une place en établissement. Les attentes des personnes et de leurs familles, accompagnés par ses dispositifs, s’inscrivent dans une tout autre démarche, qui est celle d’une logique de parcours.

Damien, embauché en milieu ordinaire

Pour que cette démarche puisse s’opérer au sein d’un établissement (ESMS), les professionnels seront amenés à faire émerger le projet de vie de la personne, pour cibler ses attentes, ses envies et ses besoins. Il n’est pas question de penser « à la place de », mais de devenir des professionnels ressources et soutiens pour que l’usager se positionne comme acteur de son parcours de vie. Il s’agira alors de s’appuyer sur la méthodologie et les outils développés par les dispositifs de coordination de parcours APBA (Coordonnateur de parcours : Nouvelle fonction – Nouveau métier ? Le modèle APBA, Manuel à destination des coordonnateurs de parcours et leurs managers).

Cap vers une réorganisation


Puisque l’accompagnement du projet de vie de la personne prime, les établissements doivent mûrir l’idée d’une réorganisation. La mobilisation des compétences des ESMS, au service du fonctionnement d’une plateforme de services, pourrait être le fruit de cette réflexion.

Cette plateforme de service serait composée d’une équipe de coordonnateurs dédiée, externe aux ESMS, qui aurait pour mission de faciliter l’accompagnement des parcours de vie, de l’ensemble des usagers de l’APBA.
Tendre vers une telle organisation implique de nombreux prérequis. Dans un premier temps, il serait nécessaire d’identifier les compétences de chacun et les offres de services proposées par les ESMS. Il serait également impératif de s’intéresser davantage à la complémentarité existante entre les prestations issues du milieu ordinaire et protégé. Ainsi, les établissements exerceraient une fonction « appui ressources » au sein d’un territoire, avec l’idée de faire monter en compétences les opérateurs de droit commun, au service de parcours de vie plus inclusifs, dans le respect des attentes et droits de la personne.

Une réorganisation impliquerait de repenser les métiers.


Comment faire évoluer le métier d’éducateur spécialisé sachant que sa mission ne sera plus d’accompagner un projet personnalisé mais d’accompagner un parcours de vie à partir d’un établissement ?

Bien qu’ils soient tous issus d’une formation commune, les éducateurs spécialisés continuent de développer leurs compétences tout au long de leur carrière en se spécialisant dans divers domaines liés aux besoins des publics accompagnés.

Les spécialisations et compétences des professionnels, représentent une réelle richesse de l’offre de service des ESMS.  Ainsi, elles pourraient être qualifiées et positionnées comme prestations à part entière d’un ESMS, mobilisable par le fonctionnement d’une plateforme de service, au service des besoins des parcours de vie des usagers.

Pour les professionnels qui ont développé des compétences et spécialités autour de l’organisation des projets personnalisés et des parcours institutionnels des usagers, ils pourraient être la clé du changement de logique d’accompagnement en devenant eux même, les référents du parcours de vie de la personne. Ils seront à positionner comme coordonnateurs de parcours, garants du projet de vie de la personne, soutiens dans la mise en œuvre des parcours de vie, les plus inclusifs possibles.

Cette nouvelle répartition des rôles et des missions, au sein des ESMS, offrirait sans doute un moyen concret de changer de paradigme au sein des ESMS.  A ce titre, il restera à penser cette organisation comme facilitatrice d’un accompagnement centré sur la logique de parcours inclusifs, en veillant à ce que les professionnels, garants desdits parcours, développent l’habitude de mobiliser un panel de prestations incluant l’ensemble des richesses du territoire, en vue de quitter définitivement l’élaboration de solutions basées sur la logique de la place. 

Ornella Ricchiuti